Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La Revue de Presse du Bénin

affoCette tour d’un montant de 15,6 milliards de FCFA, prévue pour être érigée sur le domaine public en face du Ministère des Affaires Etrangères, est une tour jumelée à neuf (09) niveaux (R+8) avec une projection au sol en forme de la lettre "H" et une superficie totale exploitable de 18 800 m² pour 582 bureaux.


Ce Projet de construction a été soumis par le Chef de l’Etat, Dr Boni YAYI à EXIMBANK de Chine. Et sur ses instructions, le Ministre de l’Economie et des Finances (MEF) a adressé une requête (préparée par la CAA) de prêt préférentiel à EXIMBANK de Chine en vue du financement dudit Projet.

Les modalités pratiques de mise en place du financement recherché et de réalisation des travaux ont été ensuite discutées  par le Ministère en charge de l’Urbanisme avec le groupe chinois retenu pour la réalisation du Projet. Le rapport d’étude de faisabilité et le contrat de conception et d’exécution de ce Projet ont été établis avec le concours du MEF via la CAA.

Le projet d’Accord de prêt relatif au financement de ce Projet reçu  d’EXIMBANK de Chine et portant sur un montant de 15,6 milliards de FCFA après examen par les services de la Caisse Autonome d’Amortissement, n’est pas concessionnel.

Trois institutions de bonification [le Fonds de Solidarité Africain (FSA), le Fonds Africain de Garantie et de Coopération Economique (FAGACE) et la Commission de l’UEMOA] ont été saisies par le Ministre de l’Economie et des Finances via la CAA et ont accepté de bonifier le taux d’intérêt de ce prêt en vue de le rendre concessionnel. Tout ceci avec l’offensive dans la négociation par la haute autorité en personne. Et après ces bonifications, le prêt est devenu concessionnel.

La signature de l’Accord de prêt est intervenue le 07 août 2010 entre le Ministre en charge des Affaires Etrangères et l’Ambassadeur de chine près le Bénin.

L’autorisation de ratification par l’Assemblée Nationale de l’Accord de prêt est intervenue le 04 juillet 2011 et sa ratification par le Chef de l’Etat, le 08 juillet 2011. La CAA a assisté aux côté du MEF à l’examen du dossier en commission et en plénière par l’assemblée nationale.

Actuellement, l’Accord de prêt, la loi portant autorisation de ratification et le décret portant ratification sont en cours de publication au Journal Officiel sur  demande de la Caisse Autonome d’amortissement.

Après la publication au Journal officiel, l’Avis juridique de la Cour Suprême sur l’Accord de prêt et les instruments de ratification y afférents sollicité par le Président de la République du Bénin auprès du Président de la Cour Suprême viendra clore l’accomplissement des formalités d’entrée en vigueur de cet Accord de prêt.

Il s’agira, après la levée des formalités  d’entrée en vigueur, de la satisfaction des conditions préalables au premier décaissement qui sont du ressort de la Caisse Autonome d’Amortissement et du Ministère en charge de l’Urbanisme.

La durée de remboursement du prêt étant de 20 ans dont 5 ans de différé, pendant les 5 ans qui suivront l’entrée en vigueur de l’Accord de prêt, aucun paiement ne sera fait sur le principal, seuls seront payés les intérêts. Toute la mobilisation des fonds et le service de la dette (remboursement du prêt) seront assurés par la CAA.  

 

Intérêt pour le Bénin 

La réalisation du Projet de construction d’une tour administrative à Cotonou contribuera à résoudre les problèmes liés à l’insuffisance de bureaux dans l’administration béninoise.

Ce Projet contribuera également à la réduction des baux administratifs et à l’accroissement de l’efficacité de l’administration publique grâce à la concentration des services.

Certaines structures de l’administration qui sont réparties dans différents arrondissements de Cotonou et souvent dans des immeubles loués seront affectées dans cette tour. Ces structures sont parfois situées dans des endroits insalubres, encombrés et inaccessibles, ce qui impacte négativement l’image extérieure du pays. La dispersion des bureaux de l’administration ne favorise pas l’efficacité du service public.

Autant d’atouts qui concourront à l’instauration au Bénin, d’une véritable administration  de développement.

Commenter cet article